* Journée de l’Autistan *

Suite au succès de l’événement du 31 mars 2018,
l’Organisation Diplomatique de l’Autistan propose,
chaque année à partir de 2019,
le concept de « Journée de l’Autistan« .

C’est un concept :

  • Qui répond à l’initiative de la Journée Mondiale de Sensibilisation à l’Autisme proposée par l’ONU (dont nous soutenons le principe général) et qui utilise la même date (autour du 2 avril) ;
  • Qui est « autistique » : organisé par des autistes, donc dans le respect de l’autisme (l’Organisation Diplomatique de l’Autistan est spécialiste de l’autisme, ce qui n’est pas le cas de l’ONU) ;
  • Qui est mondial (puisque notre vision de l’autisme est globale, extra-nationale).

Les groupes et les organisations d’autistes, de parents d’autistes, ou autres, qui organisent des événements pour défendre les autistes et l’autisme autour du 2 avril, peuvent décider d’organiser leur événement en harmonie avec la Journée de l’Autistan.

  • Pour participer, vous pouvez organiser votre événement comme vous le souhaitez mais voici 7 Conditions (C1 à C7) à respecter :

C1- (Evidemment) Faire des actions de sensibilisation du public à l’autisme, dans l’espace public (physique, ou virtuel sur Internet).

C2- Utiliser le drapeau de l’Autistan (ou des éléments du drapeau: dans ce cas, consultez-nous pour vérifier si c’est approprié).

C3- Utiliser le titre « Journée de l’Autistan » (ce qui n’empêche pas l’utilisation d’autres titres, noms d’associations, etc.) avec un lien vers la présente page (https://autistan.org/wp/fr/journee-de-l-autistan/) dans votre communication (antérieure, pendant la journée, et postérieure).

C4- Vérifier que les messages, présentations et publications de l’événement respectent les Droits Fondamentaux des Autistes selon l’Organisation Diplomatique de l’Autistan (https://autistan.org/wp/fr/droits/).

C5- Vérifier que les messages, présentations et publications de l’événement sont compatibles avec notre vision de l’autisme (https://autistan.org/wp/fr/9-nos-explications-sur-autisme/), notamment en n’utilisant jamais une approche « défectologique » de l’autisme.
– Exemples de messages incompatibles :
— « L’autisme est une maladie » : non, c’est une différence biologique naturelle (comme le fait d’être gaucher, nain ou albinos).
— « L’autisme est un trouble (ou un ensemble de troubles) » : non, l’autisme c’est l’autisme, et les difficultés liées à l’autisme, ce n’est pas l’autisme ;
— « Lutter contre l’autisme » : non, mais, au contraire, lutter pour l’autisme… (pour la compréhension, le respect, l’utilisation et le respect des particularités et des qualités autistiques) ;
— « Sortir de l’autisme » : non, mais plutôt surmonter les difficultés (notamment celles imposées par l’environnement social), en respectant la nature autistique de la personne ;
— « Thérapies » : non, mais « apprentissages » et « adaptations », oui. (Le mot « thérapie » évoque une idée de « traitement médical », même s’il est utilisé au sens figuré.)
– Si vous arrivez à faire comprendre ces notions fondamentales indispensables dans votre événement, cela sera très utile pour votre public, et cela sera également un exemple d’utilité de notre organisation.

C6- Nous transmettre les liens des publications concernant votre événement (antérieures et postérieures), mentionant l’Autistan (avec au moins un lien vers Autistan.org), afin que nous puissions les publier aussi. (contact@autistan.org)

C7- Ne pas utiliser de « ruban » (comme pour le HIV) dans la communication de l’événement.
– Explication : L’autisme ne peut pas être comparé au HIV ; nous sommes opposés au « catastrophisme » ; ces rubans concernent des fléaux souvent mortels et très tristes, et l’autisme n’a rien à voir avec tout cela ; nous ne voulons pas être assimilés à des choses qui peinent et qui effraient, et dont tout le monde aimerait bien se débarrasser.

  • En complément à ces 7 Conditions, voici 4 Recommandations (R1 à R4) à essayer de suivre autant que possible :

R1- Si possible, inviter un Ambassadeur d’Autistan ou un autre membre (ou parrain, ou supporter) de notre organisation.

R2- Si possible, essayer d’harmoniser l’événement local avec d’autres événements organisés par d’autres associations ou groupes dans le cadre du concept « Journée de l’Autistan ».

R3- Si possible, ne pas utiliser de « puzzle » dans la communication de l’événement.
– Vous pouvez utiliser seulement le minimum, lorsque c’est impossible à enlever, par exemple en cas de présence de « puzzle » dans le logo de l’association qui organise.
– Explication : Pour les autistes, il n’y a pas de « puzzles » ni de « casse-tête » à propos de l’autisme : c’est une chose naturelle pour nous ; c’est au contraire le fonctionnement très absurde et nocif du système social non-autistique qui mériterait d’être corrigé.
– L’organisation qui a créé ce concept de « puzzle » n’est pas une organisation d’autistes et n’a pas fait participer des autistes à cette idée. Nous ne connaissons aucun autiste qui aime ce concept de « puzzle ».
– Davantage d’explications : http://www.judyendow.com/advocacy/goodnight-autism-puzzle-pieces/ et https://the-art-of-autism.com/the-autism-puzzle-piece-a-symbol-of-what et https://web.archive.org/web/20160220153444/http://unpuzzled.net/2012/05/02/i-am-not-a-puzzle-from-reports-from-a-resident-alien/

R4- Si possible, éviter l’illumination de monuments en bleu, et, dans tous les cas, ne pas faire référence au titre « Light It Up Blue ».
– Vous pouvez utiliser la lumière bleue comme vous le souhaitez, mais en évitant de copier le concept « Light It Up Blue ».
– Explication : ce concept fait partie l’approche « défectologique » et « alarmiste » de l’autisme qui utilise les rubans et les puzzles.

– Information pour mieux comprendre : Certains autistes, lassés de cette approche qui ne respecte ni les autistes ni l’autisme, ont inventé un concept inverse : Tone It Down Taupe


  • Explications pour éviter les « confusions automatiques », relativement aux « Conditions » et « Recommandations » ci-dessus :
    • Notre manière positive de voir l’autisme n’est ni une « position idéologique » ni une sorte de « déni de problèmes ».
      Nous ne disons jamais qu’il n’a pas de problèmes ou que nous n’avons pas besoin d’efforts, d’adaptations, de solutions, etc.
    • Mais il est indispensable de comprendre que l’autisme lui-même n’est ni une maladie, ni un trouble, ni un défaut, ni un problème, afin de faire la différence entre « l’autisme » et « les difficultés » : en effet les difficultés doivent être résolues en respectant l’autisme, pas en essayant de l’effacer.
      Il est évidemment impossible de faire cela si on confond « autisme » et « difficultés ».
    • Il est très nuisible de vouloir faire en sorte que les autistes s’adaptent, en cherchant à « effacer » leur autisme au lieu de chercher à en comprendre les qualités, et à les développer (tout en diminuant les problèmes).
    • Il est injuste, « dictatorial » et contre-productif (sans parler des souffrances générées) de forcer les autistes à s’adapter à un système absurde et injuste, sans faire d’efforts d’adaptation réciproque et sans chercher à corriger les défauts sociaux généraux (les « Troubles Non Autistiques »), qui font souffrir d’abord les autistes. 
    • Il est impossible de résoudre les difficultés des autistes si l’autisme est considéré comme un défaut, car cela génère une erreur fondamentale qui empêche la compréhension de l’autisme, ce qui explique pourquoi la plupart des familles ne parviennent pas à avancer, et sont encore bloquées (et parfois « perdues ») dans des histoires de « puzzles » ou d’autres choses incompréhensibles, alarmistes, et non respectueuses de la réalité.

  • Notes relatives au titre « Journée de l’Autistan » : 
    • Nous n’avons pas besoin de préciser « Mondiale » dans « Journée de l’Autistan », car l’Autistan est déjà un concept mondial ;
    • Nous n’avons pas besoin de préciser « de Sensibilisation » dans « Journée de l’Autistan », car l’Autistan est déjà un concept de sensibilisation ;
    • Nous n’avons pas besoin de préciser « à l’Autisme » dans « Journée de l’Autistan », car l’Autistan est déjà un concept totalement autistique, qui est, à peu près, « l’autisme selon les autistes ».
    • Ceci montre que le concept nommé « Autistan » est particulièrement bien adapté pour la sensibilisation à l’autisme au niveau mondial.