Autistan: pays métaphorique, soutien concret

Article de « Revista Autismo » (Autism Magazine) (Brésil) https://www.revistaautismo.com.br/geral/autistao-pais-metaforico-apoio-concreto/

Autistan: pays métaphorique, soutien concret

Autstão Day 2019 - Autism Magazine
 
Les autistes se rassemblent à Rio de Janeiro pour célébrer la Journée de l’Autistan

En harmonie avec les célébrations de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme – créée par les Nations Unies (ONU) pour le 2 avril, l’Organisation Diplomatique de l’Autistan, une institution à but non lucratif avec plusieurs points et sympathisants dans le monde, a promu la Journée de l’Autistan à Copacabana, Rio de Janeiro, dimanche dernier (31).

À cette occasion, les personnes autistes de différents États du Brésil, en personne et virtuellement, ont discuté des sujets de leur libre choix dans diverses tables rondes. Parmi les débats figuraient des sujets tels que la neurodiversité, le diagnostic, les préjugés, les femmes autistes et l’acceptation de soi.

Le responsable de l’événement était le français Eric, 54 ans, qui a classé cette journée comme le jour le plus difficile de sa vie. Il y a eu plus de 10 heures consacrées à la gestion des appels et à la transmission, effectuées simultanément sur YouTube et Facebook, pour être regardées à différents endroits au Brésil.

Dialogues

Ambassade d’Autistão - Autism Magazine

L’idée de la Journée de l’Autistan est venue seulement deux mois avant l’événement lui-même. Malgré le manque de temps, Eric a réussi à réunir différentes personnes autistes dans différentes positions dans le médiactivisme autiste – tels que le youtuber Leonard Akira, la podcaster Erika Ribeiro et l’adolescent Zeca Szymon – pour parler des sujets qui les intéressaient.

« Ils étaient très collaboratifs, très patients, très gentils. C’est l’effet magique du Brésil, les gens sont plus humains, plus ouverts, plus gentils et plus aimbles. Le Brésil, à mon avis en tant que Français, est un pays très avancé en termes de droits pour les personnes autistes », a-t-il déclaré.

L’événement a débuté à 11 h. et a continué jusqu’à 21 h 30. La journée était divisée en courtes présentations, discussions et commentaires, et comprenait également des détails sur l’Autistan – un concept métaphorique d’un pays autiste. De plus, le public a pu suivre l’émission sur la chaîne YouTube et la page Facebook de l’organisation.

La proposition, selon Eric, était compliquée pour l’exécution. « Il y avait plus de 10 bénévoles, mais l’événement a nécessité beaucoup de technologie, d’interactions et c’était extrêmement difficile. Nous n’avons pas l’habitude de faire des choses aussi compliquées avec un ordinateur », a-t-il dit.

A l’origine, l’événement devait avoir un lien avec la Journée de l’Autistan, qui s’est déroulée simultanément en Belgique. Toutefois, les problèmes de transmission ont entraîné des changements d’horaire. Malgré les impasses, la Journée de l’Autistan a maintenu la participation de toutes les personnes autistes prévues.

« J’étais très stressé et j’avais peur d’avoir des problèmes techniques, mais c’est ma façon de le faire. Parce que quand tu réfléchis trop, alors tu penses que c’est impossible et donc tu ne fais rien. Mais nous avons réussi à faire quelque chose de vraiment cool et à résoudre les problèmes ensemble », a-t-il ajouté.

Soutien

Il est impossible de dissocier l’Ambassade d’Autistan, site physique de l’Organisation Diplomatique de l’Autistan, de la figure d’Eric. Après avoir quitté la France après les attentats de Paris en 2015 et avoir loué un appartement de 45 m² à Copacabana en février 2017, l’espace reçoit et soutient les personnes autistes de différentes régions du pays avec ses propres ressources.

Eric, dans le passé, était une figure itinérante et avec beaucoup d’histoires. Il a été dans l’édition 2003 de Guinness World Records, il est allé dans des pays comme la Russie, l’Egypte et le Kazakhstan, il est polyglotte, il a été un DJ pendant 15 ans, et s’est adapté à la vie sociale autant que possible. Depuis plus de deux ans à Rio de Janeiro, il s’est dit satisfait du changement et évite d’apparaître sur des photos.

Le Français vit avec Shree Ram, un jeune Népalais qu’il a rencontré lors d’un de ses voyages au Népal et qui l’accompagne dans l’Autistan et dans la vie brésilienne. « Nous avons une amitié que nous n’aurions pas pu imaginer. C’est comme un frère d’une autre mère. Nous sommes très heureux ici », a-t-il déclaré.

Une aide neurodiverse dans la vie d’Eric est Ludmila Leal, qui a un frère autiste et a généralement collaboré dans l’organisation. « C’est la voie pour l’Humanité. La seule façon de faire la paix, c’est que les gens s’acceptent et se mettent à la place de l’autre », dit-elle de l’importance des différences.

C’est avec l’intention de comprendre d’autres personnes autistes qu’Eric a fait autant d’adaptations que possible pour les invités. Geuvana Nogueira, par exemple, fait partie de la Ligue Autiste (« Liga dos Autistas »), a des restrictions alimentaires et a voyagé de Campo Grande à Rio. Dans la capitale, elle a été assistée par l’organisation et les autres personnes autistes présentes.

À Rio de Janeiro, Geuvana a déclaré qu’elle avait rencontré des défis. « Je suis sorti de ma zone de confort, c’était délicat. Mais je crois que lorsque nous pouvons nous accepter et nous considérer comme des autistes, l’autre autiste n’est pas difficile. C’est comme si tout le monde se connaissait déjà.

Eric a rappelé la mission d’Autistan. « Nous voulons collaborer avec n’importe qui, qu’il s’agisse d’autistes, de familles ou d’organisations. Nous sommes une organisation autiste, extra-nationale, qui n’est liée à aucun pays, avec une vision globale pour soutenir les militants nationaux.

Participants à la diffusion en ligne de la Journée de l’Autistan 2019

Histoires

Les coulisses de la Journée de l’Autistan ont donné lieu à des rencontres et des expériences pour les participants. Erika Ribeiro, podcasteuse pour Erika’s Small Talk, a reconnu l’événement comme une sorte de tournant dans sa saga pour « sortir du placard » qui a traîné sur une partie importante de ses 39 ans.

« J’ai été diagnostiqué au plus fort de ma carrière à l’âge de 22 ans. Je suis allé à l’école de droit, j’ai travaillé, et cela m’a donné une confusion mentale anormale. Je suis allé chercher de l’aide psychiatrique et j’ai fini par recevoir un diagnostic de TDAH et d’Asperger. J’ai finalement décidé de venir et de me montrer! »

La plupart des participants à l’événement étaient des adultes, à l’exception de Zeca Szymon, un adolescent  de 14 ans, accompagnée de sa mère, Magaly Botafogo. D’autre part, Geuvana a deux enfants adultes, et voit sa position comme quelque chose de différent de la plupart des mères non autistes.

« L’un d’eux ne vit pas avec moi. Quand il rentre à la maison, il y a une très grosse nuisance. Je déteste être embrassée, et j’étouffe. Et tu ne t’identifies plus [comme sa mère], mais c’est ton fils, tu l’aimes bien. Mais j’apprends à m’en occuper. Je les ai élevés pour qu’ils aient leur vie. Ce n’est pas ma vie, c’est la leur.», a-t-elle expliqué.

Le Youtuber Leonard Akira a déclaré que le potentiel autiste devrait être exploité. « L’autisme, de la part des parents, est considéré comme un tabou et un facteur limitant. Ils pensent à toutes les difficultés que l’enfant aura dans la vie et à la discrimination. Si un parent a une vision plus optimiste de l’enfant, il voit les avantages et les inconvénients de cette condition.

Ludmila, qui a tout suivi derrière les caméras de diffusion, a approuvé la Journée de l’Autistan. « Plus il y a d’événements qui montrent différentes façons de vivre, de penser, de vivre ensemble, d’accepter, mieux c’est. [Nous devons] mettre fin à l’intolérance, qui se répand dans la civilisation, et en ce moment c’est d’une importance capitale.

Podcast Introverting — épisode sur la Journée de l’Autistan

Avatar

Journaliste, autiste et créateur du podcast Introvertissant (« Introvertendo »).



Clip de clôture :


Plus de détails sur les participants



Présentation de l’Autistan, de l’autisme, de l’Organisation Diplomatique de l’Autistan, du concept de la Journée de l’Autistan et des événements « Journée de l’Autistan 2019 » à Rio de Janeiro.

(Introduction de l’événement du 31/03/2019 à l’Ambassade d’Autistan à Rio de Janeiro)

Bienvenue en Autistan !

1/ Qu’est-ce que l’Autistan?

Le mot « Autistan » (traduit par Autistão en portugais) est tout simplement un nom, inventé par notre ami autiste français Josef Schovanec, en 2014.

Ce nom signifie littéralement « le pays du peuple autiste », comme « le Kazakhstan » signifie « le pays des Kazakhs ».

Un « pays du peuple autiste » ou un « monde des autistes », c’est une métaphore pour parler, dans la réalité, des choses spécifiques des personnes autistes: différentes façons de voir le monde, différentes façons de penser, sensibilités et qualités particulières, créations originales des personnes autistes, etc.

Lorsque vous pouvez « entrer dans le monde » d’une personne autiste, par exemple lorsqu’elle explique ses pensées, ses passions, ses œuvres, etc., ou tout simplement, sans parler, partager sa « paix intérieure » ou son « innocence », vous vous dirigerez vers un « référentiel mental » très différent de votre référentiel habituel, celui du « monde normal standard ». Ainsi, après cette expérience, vous aurez l’impression d’avoir fait « un voyage en Autistan ».

L’utilisation du nom « Autistan », comme une sorte de « pays virtuel », permet plus de choses qu’avec juste le mot « autisme », parce que « Autistan » donne une notion de « lieu », et c’est très intéressant pour les personnes autistes, parce que, durant toute notre vie, nous avons l’impression d’être toujours étrangers, sans aucun « endroit à nous », l’impression que dans chaque lieu social, dans chaque situation sociale , vous aurez un problème, un inconfort, etc. qui est très proche de la réalité, malheureusement.

Ainsi, l’idée d’un « pays pour les personnes autistes », même virtuelle, peut aider les autistes à avoir de l’espoir, à commencer à avoir confiance, ce qui est indispensable pour arrêter de se sentir plus ou moins « inférieur » ou « malade » ou « personnes atteintes d’un trouble », ou « porteurs » de quelque chose, etc.

L’Autistan est un pays virtuel ou métaphorique, mais ce n’est pas un pays imaginaire, parce que tout cela existe vraiment, contrairement, par exemple, au pays des Schtroumpfs (que l’on pourrait appeler le « Schtroumpfistan ») , qui n’existe que dans l’imagination.

Ainsi, le mot Autistan est une façon de nommer quelque chose qui existe: l’autisme, qui n’est pas une chose imaginaire.

Si nous essayons d’aller un peu plus loin, d’obtenir des choses moins « virtuelles » avec l’Autistan, nous avons plusieurs possibilités.

– Tout d’abord, il y a la notion de « peuple autiste » ou de « nation autiste », ce qui est logique parce que l’autisme a quelque chose de génétique et héréditaire, et nous croyons que les personnes autistes sont nés autistes, ce qui correspond à l’étymologie du mot « nation », et aussi, même si chaque autiste est particulièrement unique (qui est le résultat de notre résistance à la normalisation), nous avons aussi des choses en commun, spécifique aux personnes autistes, ce qui fait qu’une personne autiste d’un pays comprendra bien d’autres personnes autistes d’autres pays, quand nous pouvons nous placer au-delà de la « couche sociale ou culturelle », c’est à dire plus près de l’Autistan, de notre nature.

– Deuxièmement, si nous voulons chercher une sorte de « pays physique » pour les personnes autistes, nous n’avons pas besoin d’obtenir un morceau de terre sur la planète, parce que c’est difficile, mais aussi parce que nous voulons être en mesure de vivre n’importe où sur le globe, comme d’autres (mais dans le respect de nos sensibilités et différences), sans ségrégation; ainsi, nous pouvons simplement dire que chaque « lieu personnel d’un autiste », chaque « refuge autiste » (comme une chambre) peut être considéré comme une partie de « l’espace physique global de l’Autistan » : il suffit de déclarer cela, d’avoir quelques mètres carrés qui « appartiennent » à l’Autistan. Par exemple, ici, chaque mètre carré (loué) de la première Ambassade physique d’Autistan dans le monde est un « territoire de l’Autistan », même si ce n’est pas officiel selon les conventions habituelles.

– Troisièmement, nous pouvons dire que les personnes autistes sont mentalement dans l’Autistan lorsque leurs pensées sont « dans l’autisme », loin des référentiels sociaux et de la communication sociale.

De cette façon, chaque autiste a son propre morceau de « l’Autistan », généralement sans le savoir.

Lorsque nous parlons du « monde des pensées », nous parlons de la conscience, et de choses encore plus abstraites.

Il y a des choses très abstraites, sans rien de matériel, mais qui existent dans la réalité, comme l’amour.

Lorsque vous êtes « perdu dans vos pensées », quand vous « revenez à la réalité », vous ne savez pas combien de temps votre « voyage mental » a duré, ni où votre « moi-même » était exactement …

Ainsi, les pensées et les références mentales des personnes autistes peuvent être « dans la réalité », mais avec une approche non sociale, différente, ou elles peuvent aussi être plus loin des choses matérielles, et plus proches des choses spirituelles, plus proches de la vérité, la pureté, etc.

De cette façon, nous pouvons également voir l’Autistan comme une sorte de « pays mental parfait », ou un espace de vérité, de pureté et d’harmonie naturelle, non soumis aux règles du monde matériel que nous pouvons sentir avec notre corps, c’est à dire les 3 dimensions, et le temps.

2/ Autisme : l’importance fondamentale de comprendre la différence entre l’autisme et les soi-disant « troubles »

L’autisme et les « troubles » (ou difficultés connexes) sont deux choses différentes.

– L’autisme est la nature spécifique des personnes autistes, qui est « protégée » de ce que j’appelle les « Troubles Non Autistiques » [ou “Troubles du Non-Autisme”].
La personne autiste, si elle est « authentiquement autiste », moins adaptée ou modifiée par les conventions sociales, vivra mentalement dans une sorte de « référentiel naturel », avec une personnalité plus personnelle et plus originale, et plus en harmonie avec la nature, l’ordre, la justice, la vérité. Elle est plus sensible, et en même temps elle a une sorte d'”auto-protection contre les absurdités et les vices sociaux, dont les gens « normaux » sont victimes, malheureusement, vivant dans un système social artificiel, déconnecté de la nature, de la vérité, etc.

– Les personnes autistes qui font d’autres choses que cela, comme le mensonge, font tout simplement des choses non autistiques, non représentatives de l’autisme, parce que les personnes autistes les plus authentiques n’ont même pas l’idée de mentir ou de faire des choses pour se sentir supérieur, pour manipuler, pour essayer d’imaginer ce que les autres pensent d’elles, etc, malheureusement, ce que je ne blâme pas, parce qu’ils sont victimes de ce système social perverti.

– Les soi-disant « troubles autistiques » sont simplement le résultat du conflit global entre les deux référentiels (le naturel, autiste, et l’artificiel, non-autiste).

Étant donné que les autistes ne peuvent pas (et ne devraient pas) bien s’adapter au système artificiel (dangereux pour tout le monde), ils ont des problèmes, des souffrances, des crises, en raison du manque de compréhension de tout cela de la part des personnes vivant dans le système social standard (qui montre chaque jour un peu plus que c’est faux).

– Il ya aussi des « troubles » qui sont très subjectifs, par exemple le fait qu’ils préfèrent être isolés sans trop communiquer est considéré comme un « trouble » seulement en raison du système social actuel qui est basé sur une sorte de mode de l’hyper-communication où tout est « social », mais en réalité la préférence naturelle pour la solitude n’est pas un trouble, mais juste une façon d’être, ce qui n’est pas moins valable que de perdre son temps dans les ragots et les conflits sociaux en permanence.

Je ne dis pas que les autistes préfèrent la solitude en général, mais pour préférer quitter la solitude, se rapprocher du « gâchis social », ce système de société a vraiment beaucoup à faire, pour nous paraître attrayant…

– Une fois que nous comprenons que finalement le soi-disant « autisme » n’est qu’un « concept non autistique », et que le système « normal » a beaucoup, beaucoup de défauts et ne devrait pas dicter nos vies, alors nous pouvons commencer à surmonter et à vivre mieux, avec l’acceptation de l’autisme, non pas comme une maladie ou un trouble à accepter, mais comme notre nature différente, qui n’est pas moins digne que les autres différences. Seul le système social actuel est erroné, pas les gens.

– Ainsi, nous avons droit au respect de nos différences, de nos approches originales de la vie, de ce qu’on appelle l’autisme. Et puisque tout cela forme une sorte de « monde » spécifique à l’autisme, nous pouvons appeler ce monde « Autistan », et voir comment cet outil peut aider notre cause.

– Reconnaître que chaque personne autiste vit plus ou moins dans son propre monde, ou son propre référentiel ou système de valeurs, c’est simplement reconnaître la vérité, et il n’y a rien de mal à cela; mais cela ne signifie pas que les personnes autistes veulent ou devraient vivre comme ça, isolées, parce que comme nous avons le droit à la différence (comme tout être vivant), nous avons aussi le droit à l’inclusion, à une vie sans plus de souffrance que les autres, à une vie heureuse, ce qui est presque impossible actuellement, en raison du blocage général entre l’autisme et le non-autisme, de l’incompréhension générale, en raison du fait que les personnes non autistes croient que la seule façon d’être heureux serait de s’adapter au système standard, et que les personnes autistes devraient « effacer leur autisme », vivre comme non-autistes, ce que malheureusement beaucoup d’entre eux font (avec beaucoup de douleur), ce qui est un non-sens total.

– Au contraire, les personnes autistes doivent s’efforcer de préserver leurs qualités d’origine, d’expliquer tout cela, et d’obtenir du « système normal » les adaptations nécessaires. Si beaucoup de gens préfèrent s’adapter à un système normal, cela ne suffit pas pour forcer ceux qui ne peuvent pas et ne devraient pas: ce serait une forme de ce que j’appelle la « dictature du normalitarisme ».

– Ainsi, nous devons nous efforcer d’obtenir la réciprocité dans les adaptations: les personnes autistes peuvent faire des efforts d’adaptation (sans effacer leur autisme, c’est-à-dire leur nature autistique et leurs qualités), mais aussi le système social doit faire des efforts pour corriger leurs défauts, et pour que chacun puisse en bénéficier: les personnes autistes avec moins de souffrance, et les personnes non autistes, avec une vie moins grossière, moins absurde, moins violente , avec moins de problèmes, moins d’injustices, moins de peur de tout, etc.

– En d’autres termes, mieux comprendre les personnes autistes, et notre sensibilité, et en tenir compte au niveau de l’organisation sociale des pays « normaux » devrait logiquement produire des effets positifs pour tous.

3/ L’Organisation Diplomatique de l’Autistan

 – L’Autistan est juste un nom, le nom du pays ou du monde des personnes autistes dans le sens métaphorique, mais pour faire des choses concrètes et utiles, nous avons l’Organisation Diplomatique de l’Autistan, qui essaie de faire tout son possible pour expliquer ces choses et pour améliorer les relations entre tous les groupes ou les organes qui veulent ou qui devraient aider les personnes autistes à avoir une vie meilleure, une vie digne, que nous méritons.

– Puisque notre Organisation n’est pas impliquée dans les conflits internes de chaque pays, nous pouvons proposer nos visions, nos outils, notre soutien lorsque c’est possible, de manière complémentaire à ce qui existe déjà, lorsque cela est utile, et avec une approche globale qui peut aider les autorités publiques à mieux comprendre l’importance des demandes des groupes militants nationaux (autistes et parents), par exemple lorsque nous montrons que c’est similaire dans d’autres pays.

– Ainsi, les luttes politiques nécessaires sont faites par les groupes nationaux des pays: ce n’est pas le rôle de notre Organisation, qui essaie seulement de parvenir à une vision globale et universelle de tout cela, et de proposer des concepts, des cadres et des outils utiles, afin d’améliorer la vie des autistes du monde, ce qui profite à tous les êtres vivants en général.

4/ Les Ambassadeurs et Ambassades d’Autistan

– Le fait d’avoir des Ambassadeurs et même une Ambassade physique ici est très important pour montrer que notre Organisation n’est pas seulement « une idée qui a l’air sympa », mais quelque chose de concret, fait pour servir.

– Et c’est bon aussi pour l’estime de soi des personnes autistes, quand elles savent que ce que nous faisons existe, qu’il ya vraiment au moins un endroit fait par et pour les personnes autistes, sans dépendre de personne, ceci les aide à se sentir plus forts, plus loin de cette idée de « déficience » qui nous fait vivre comme des « personnes défectueuses », qui, très évidemment, est un énorme problème pour vivre heureux et pour vouloir s’adapter à une société qui nous voit comme des défauts ambulants.

– De ce fait, le grand public peut aussi « se réveille » quand il découvre ce concept « d’Ambassade d’Autistan », car cela n’aurait aucun sens de créer, par exemple, une « Ambassade du Canceristan »: ainsi, cela aide les gens à sortir des pensées standard sur l’autisme.

– Je ne parlerai pas davantage de l’Ambassade d’Autistan à Rio de Janeiro,

de nos Ambassadeurs,

sur nos objectifs,

de notre liste des Droits Fondamentaux des personnes autistes,

ni de nos explications sur l’autisme,

car vous pouvez voir tout cela sur les pages du site Autistan.org

5/ Autistan.net

Il y a aussi le site Autistan.net, qui est « le réseau des autistes du monde », c’est-à-dire le site du « peuple d’Autistan ». Tout cela commence petit à petit.

6/ Autistance.org

L’Autistan est très abstrait, et aide d’une manière relativement symbolique, sur le long terme.

Mais nous avons aussi un concept d’aide mutuelle concrète, appelée Autistance, avec le site Autistance.org.

Autistance est un mot formé avec « autiste » et « assistance ».

Ce concept est basé sur l’idée que chaque personne autiste a besoin d’un réseau de soutien personnel, ce qui est évident, mais ce qui fait presque toujours défaut.

Avec cet outil, nous voulons aider les familles à établir ces réseaux personnels pour leurs enfants, à organiser l’aide avec les bénévoles et à mieux partager l’information, les conseils, etc. et aussi pour les situations d’urgence (par exemple les crises, ou lorsqu’un enfant autiste est perdu).

Tout cela est un travail énorme, que nous essayons de commencer, à partir de zéro.

Il y a aussi un premier Club Autistance, indépendant mais en harmonie avec l’Autistan, qui commence ici à Copacabana.

7/ La Journée de l’Autistan

– La Journée de l’Autistan est un concept global, imaginé pour avoir notre propre « Journée de l’Autisme, en parallèle de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme du 2 avril, qui a été créé sans consulter les personnes autistes (un peu comme la création d’une journée mondiale des femmes qui serait entièrement conçue par des hommes …).

– En général, les associations dans le monde qui suivent la journée « officielle » ont cette approche « défectologique » de l’autisme, comme avec le ruban de l’autisme, qui répand une idée de « maladie », et il ya beaucoup d’organisations autistes qui n’aiment pas cela, évidemment.

– En général, les idées standard sur l’autisme sont terriblement fausses, ce qui empêche les adaptations réciproques nécessaires. Par exemple, lorsque le dictionnaire parle de « personnes souffrant d’autisme » : non, les personnes autistes ne souffrent pas d’autisme, elles souffrent des conséquences du manque d’adaptations et de compréhension de l’autisme de la part du système social non autiste.

8/ Les événements de la Journée de l’Autistan en 2019

– Étant donné que ce concept de la Journée de l’Autistan est nouveau, cette année, nous n’avons que quelques événements qui essaient d’être en harmonie avec tout ce que j’ai expliqué en général.

En Belgique, aujourd’hui le 31 mars 2019, il y a un événement intitulé « Opération Chaussettes Bleues, en route pour l’Autistan », dans le Parc Royal de Bruxelles, avec diverses activités et conférences, avec Josef Schovanec (le créateur du nom Autistan, qui est notre parrain) et avec les Ambassadeurs d’Autistan en Belgique et en France.

Au Brésil, nous avons aujourd’hui cette table ronde à l’Ambassade d’Autistan, avec vous les autistes du Brésil qui ont accepté notre invitation à cette petite aventure, et où vous serez en mesure de vous exprimer comme vous le souhaitez.

Ce n’est qu’une première expérience; nous n’avons jamais fait cela avant, et techniquement c’est un peu difficile, nous verrons.

Peut-être que ce sera l’un des très rares, ou peut-être le seul événement international organisé entièrement par des personnes autistes.

– En République tchèque, il y a aussi aujourd’hui une mère d’un garçon autiste, qui aime beaucoup le concept et qui organise également une réunion de la « Journée de l’Autistan ».

– Et le dimanche 7 avril prochain, nous aurons un stand Autistan dans le grand événement « Journée des Bonnes Actions 2019 » dans le Parc de la Fille d’Ipanema, près du Rocher de l’Arpoador, organisé par Atados, une organisation de bénévolat qui nous a aidés avec les deux événements.

J’espère avoir résumé l’essentiel pour comprendre l’Autistan et la Journée de l’Autistan ; merci beaucoup pour votre attention, merci aussi pour le courage d’essayer de nouvelles choses, bienvenue à l’événement « Journée de l’Autistan 2019 » à l’ambassade d’Autistan à Rio de Janeiro ! 

Eric LUCAS

Fondateur de l’Organisation Diplomatique de l’Autistan


Vidéo sur la Journée de l’Autistan et la Journée des Bonnes Actions avec l’Organisation de volontariat Atados, le 07/04/2019 à Ipanema, Rio de Janeiro :

Vidéo de conclusion des transmissions de la Journée de l’Autistan